Menu Fermer

La Légende du Saumon du savoir

Légende irlandaise le saumon du savoir

C’est une célèbre légende irlandaise que je suis heureuse de partager ici : la légende du Saumon du savoir.

Il s’agit d’un grand classique irlandais, et le Saumon du Savoir est un conte dont le personnage principal est un héros de la mythologie irlandaise. Je vous en dis d’ailleurs davantage à son sujet à la fin de cet article.

Mais d’abord, laissez-moi vous conter ma version de La Légende du Saumon du savoir, que j’ai revisitée avec beaucoup de plaisir ! 🙂


Petit guide de prononciation approximative :

Cumhaill = Coum-hol ;Fianna = Fina ;Muirne = Meurna ;Deimne = Dèmna ;Fionn = Fione

Fionn, fils de Cumhaill

Il y a de cela très, très longtemps en Irlande, le roi était protégé par une armée de valeureux guerriers, les Fianna. Leur chef, Cumhaill, était marié à Muirne. Ensemble, ils avaient un fils, Deimne, qui avait été renommé Fionn, ce qui signifiait « celui qui a les cheveux blonds ».

Cumhaill était très respecté de ses hommes, les Fianna, mais tout autant jalousé par ses ennemis. C’est lors d’une bataille contre l’un d’entre eux qu’il fut tué, et l’ennemi en question prit la tête des Fianna.

Craignant pour son fils, Muirne l’envoya secrètement se faire éduquer par deux femmes guerrières, dans les Sliabh Bloom, petite chaîne de montagnes située en limite de ce que l’on appelle aujourd’hui les comtés de Laois et d’Offaly.

– Va mon fils. Avec ces femmes, tu apprendras les techniques et l’agilité nécessaires pour devenir un Fianna.

En effet, pour faire partie des Fianna, les hommes devaient réussir une série d’épreuves qui demandaient une force et des qualités athlétiques incroyables ! Et chose plus surprenante peut-être, ils devaient connaître le contenu de douze livres de poésie qui se transmettait de génération en génération. Car, pour les Fianna, un bon guerrier protecteur du roi devait avoir la puissance de corps, ainsi que celle de l’esprit.

La jeunesse et l’apprentissage de Fionn

Au fil des années passées dans les montagnes de Sliabh Bloom, Fionn apprit à se battre aussi bien à mains nues qu’avec une lance, à se défendre avec un simple bouclier, et à courir pieds nus dans les bois plus vite qu’un lièvre. Il était devenu si fort et agile qu’il pouvait sauter par-dessus des branches plus hautes que sa tête, et abattre un oiseau en vol avec un simple lance-pierre !

Un jour, alors qu’il affûtait la lame d’une lance qu’il s’était fabriquée, Fionn vit les deux femmes s’approcher de lui. La plus âgée prit d’abord la parole.

– Fionn, nous t’avons enseigné tout ce que nous pouvions, et avons fait de toi le plus valeureux des guerriers.

– Il te reste cependant une chose à apprendre, que nous ne pouvons te transmettre, ajouta l’autre femme. Tu dois connaître par coeur les douze livres de poésie, la dernière épreuve à passer pour être accepter en tant que Fianna.

– Seul un druide, sage détenteur du savoir de nos ancêtres, saura te transmettre le contenu de ces douze livres de poésie, continua la femme plus âgée. C’est pour cela que tu iras continuer ton apprentissage avec Finnegas, le célèbre érudit qui vit près de la rivière Boyne.

La transmission du savoir

Le lendemain, Fionn prit sa besace, et marcha jusqu’à l’endroit indiqué par les deux femmes, sur les rives de la Boyne. Là, il rencontra Finnegas, le vieux druide dont elles lui avaient parlé, qui accepta de lui transmettre sa connaissance des douze livres de poésie.

Finnegas passait ses journées à pêcher dans la rivière Boyne, ce qui ne l’empêchait pas d’enseigner simultanément la poésie à son élève.

– J’ai peut-être les pieds dans l’eau, mais ma tête, elle, est au sec ! se ventait le vieux sage lors des leçons.

Cette occupation quelque peu envahissante intriguait beaucoup Fionn, qui se demandait bien pourquoi Finnegas passait son temps à pêcher.

– Finnegas, pourquoi passes-tu tes journées dans la rivière ? Osa un jour questionner Fionn.

Finnegas regarda le jeune Fionn, sourit, et se remit à pêcher.

Ce que Finnegas ne voulait révéler à son élève, c’est qu’ici, dans la rivière qui coulait au milieu de la Vallée de la Boyne, vivait un saumon. Un saumon bien particulier : le saumon du savoir. Le saumon du savoir vivait ici depuis des siècles et de ce fait, était bien plus gros que n’importe quel autre saumon d’Irlande. On disait de lui qu’il avait été sauvé d’un déluge et mis en repos dans un trou d’eau calme de la rivière Boyne. Autour de ce trou d’eau poussaient alors neuf noisetiers, qui contenaient tout le savoir, la connaissance, et la sagesse du monde. Quand l’automne arriva, les fruits des noisetiers tombèrent dans l’eau, et le saumon absorba ainsi tout le savoir, la connaissance, et la sagesse du monde.

On disait dès lors, que le premier qui arriverait à capturer le saumon, et à en goûter sa chair, hériterait de tout ce savoir.

C’était donc le rêve secret de Finnegas, qui avait passé ces sept dernières années à essayer de capturer le poisson dans la rivière, où il vivait désormais au rythme du courant. Oh ! Le druide l’avait bien eu entre ses mains quelques fois, mais l’animal avait toujours réussi à s’échapper !

La capture du saumon du savoir

Un jour qu’il était tranquillement posé sur un rocher à étudier la poésie, Fionn entendit le vieux Finnegas l’appeler depuis la rivière en contrebas. Le jeune homme se précipita sur les berges de la Boyne où il vit son maître à genoux, épuisé, tenant fermement dans ses mains un énorme saumon.

– J’ai dû me battre longtemps pour réussir à le capturer et le traîner hors de l’eau, haleta le sage, encore tout essoufflé de ses efforts. Je suis épuisé, je vais aller me reposer un peu. Fionn, je te charge de faire cuir ce poisson. Appelle-moi quand il sera prêt, mais surtout, previent-il, ne le goûte pas, pas même une bouchée !

Fionn obéit et alla préparer le saumon. Il l’embrocha sur un pic en bois, et commença à le faire griller doucement au-dessus du feu. Alors qu’il tournait la broche, il vit une cloque se développer sur le flanc gauche du poisson. Il voulut la presser pour éviter qu’elle n’éclate, mais lorsqu’il y appliqua son pouce, non seulement celle-ci éclata, mais en plus il se brûla ! Il eut de suite le réflexe de porter son pouce à sa bouche pour se soulager, et continua à surveiller la cuisson du saumon.

Quand le repas fut prêt, Fionn appela Finnegas comme il le lui avait demandé.

Lorsque Finnegas arriva, il sut de suite que quelque chose avait changé chez son disciple.

– Tu as bien respecté ce que je t’ai dit plus tôt, n’est-ce pas, Fionn ?

– Bien sûr, Maître. Je n’ai pas mangé le saumon, ni même goûté ! Pourtant, il a l’air savoureux ! J’en ai pris grand soin pour le préparer, et je me suis même brûlé le doigt en voulant le préserver du feu et empêcher une cloque d’éclater ! Je n’y ai pas réussi, mais heureusement, ma brûlure n’est que superficielle ! Il m’a suffi de mettre mon doigt dans la bouche pour que la douleur s’atténue immédiatement !

Dénouement de l’histoire

A ces mots, Finnegas comprit de suite ce qui s’était passé. Avec cet incident, Fionn était donc la première personne à porter la chair du saumon du savoir à ses lèvres. Le druide admit que c’était la destinée, et que Fionn était celui que le saumon attendait depuis des siècles pour transmettre son savoir et sa sagesse.

– Va, Fionn. Retourne vers les tiens. Il n’y a plus rien que je puisse t’enseigner désormais.

A partir de ce jour-là, il suffisait à Fionn de porter son pouce à ses lèvres pour répondre à toutes les questions qu’on pouvait lui poser. Et c’est cette sagesse, et ce grand savoir, qui permirent à Fionn de devenir le nouveau chef des Fianna.

Pour aller plus loin à propos de la légende du Saumon du savoir

Fionn McCumhaill est la forme irlandaise du nom de Finn McCool, héros légendaire du Fenian Cycle, ensemble d’histoires de la mythologie celtique irlandaise qui mettent dieux, demis-dieux, et guerriers héroïques en avant. Fionn, ou Finn McCool, est le héros de nombres d’histoires et de légendes, l’une des plus célèbres étant la légende de la Chaussée des Géants.

Dans la mythologie irlandaise, les Fianna étaient de puissants guerriers protecteurs. Leur place dans ces contes irlandais est si prédominante que deux des partis politiques principaux d’Irlande sont nommés après eux : le Fianna Fail, et le Fine Gael.

Dans les temps anciens en Irlande, et au-delà de cette légende, le saumon était symbole de sagesse. Cela était sans doute en partie lié à sa nature : celle de remonter à la source.

Pour faire le « magnifique » dessin (grosse blague !) que j’ai utilisé pour illustrer cette légende, je me suis inspirée d’un timbre irlandais édité il y a quelque années, et faisant référence à la légende du saumon du savoir. 😉

Cette légende irlandaise vous a plu ? N’hésitez pas à la partager ! Recevez également la légende encore plus populaire des Enfants de Lir lorsque vous me rejoignez dans la newsletter… Où une fois par mois, j’en raconte encore davantage sur l’Irlande ! 🙂

Si cet article vous a plu, vous pouvez en faire profiter vos contacts et partager :)
  • 44
  •  
  •  
    44
    Partages
  •  
    44
    Partages
  • 44
  •  
Posted in Contes et légendes

Laisser un commentaire