Menu Fermer

La première rentrée de ma fille en Irlande

Uniforme scolaire Dublin

Elle avait tout juste 8 ans, et en France, elle serait rentrée en CE2. C’était pourtant sa toute première rentrée scolaire en Irlande.

Le contexte

Née en Irlande, elle avait commencé sa scolarité en France, en maternelle. Les 5 premières années de sa scolarité ont donc été françaises, dans le système éducatif classique, dans une petite école rurale, du village. Et c’est donc en France qu’elle a appris à écrire, sans encore connaître toutes les conjugaisons et autres règles de grammaire propres à la langue française.

Son papa étant anglophone, j’estime qu’elle comprenait l’Anglais à 80% quand nous sommes revenues vivre à Dublin. Elle venait régulièrement en Irlande, rendre visite à son papa, presqu’à chaque vacance scolaire en fait. Mais vivant en France dans un environnement francophone, c’est bien le Français qui prédominait dans son bilinguisme, aussi bien en parlé qu’en compréhension, et l’apprentissage de l’écriture via le Français avait accentué cette prédominance de la langue de Molière versus celle de Shakespeare. Elle aimait aussi lire, et s’il y a toujours eu des livres pour enfants en Anglais à la maison, que je lui lisais tous les soirs une histoire en alternant Français et Anglais, c’est bien vers les livres en Français qu’elle se dirigeait naturellement.

Elle a toujours aimé l’école, y aller, y apprendre. Elle pleurait même parfois quand sonnait l’heure des vacances ! C’est lors de sa dernière année cependant qu’elle avait noué des liens forts avec ses camarades de classe, et même avec son institutrice. Très forts.

Dans tout ce qu’implique une nouvelle expatriation, j’appréhendais donc un peu sa première rentrée des classes irlandaise, sur le plan émotionnel surtout.

Première rentrée Dublin Irlande

L’école

On avait trouvé très facilement une petite école qui nous plaisait et où notre fille était acceptée, 130 élèves, à Dublin.

Une école publique en Irlande, dans 90% des cas encore aujourd’hui, c’est une école catholique. Je tenais à ce qu’elle soit dans une école publique, pour s’imprégner de toute la culture irlandaise, connaître le système éducatif du pays dans lequel elle continuerait de grandir, et être au contact d’enfants irlandais de familles « classiques » et pas seulement entre enfants d’expatriés. Et ce, même si je ne suis pas de confession catholique et que je ne porte pas vraiment l’Eglise Catholique dans mon cœur. Mais je connais l’Irlande, et revenir y vivre impliquait accepter tout ce qui me plaît et que j’aime, ainsi que tout ce qui me plaît moins aussi, évidemment.

L’uniforme scolaire

Je crois que c’était en juin précédant sa rentrée, que l’école nous avait envoyé un courrier. LE courrier ! celui pour… se fournir avec l’uniforme de l’école ! Une première, je ne connaissais pas, je n’avais jamais fait. Et ça m’amusait tellement ! J’allais enfin connaître l’uniforme d’école qui me faisait presque fantasmer les premières années où j’étais arrivée en Irlande, bien avant d’être maman !

En tant que Française, lors de mes tous premiers mois en Irlande, je m’en souviens bien : je trouvais ça complètement nul, l’idée de porter un uniforme. Je trouvais que ça nous conformait et nous privait de notre individualité. Rapidement, je me suis dit que de toute manière, on portait toujours des uniformes, simplement, c’était moins flagrant quand ils étaient « choisis ». Et puis surtout, j’ai fini pas trouver ça plutôt pas mal, pas de différence marquée de classe sociale. Enfiler un uniforme, c’est aussi se mettre en conditions psychologiques pour quelque chose. Enfiler un uniforme d’écolier nous rappelle ce pour quoi on est là, notre fonction : étudier, être élève.

J’étais donc ravie à l’idée de savoir enfin comment « ça » fonctionnait, même si en réalité je savais un peu comment ça marchait par mes relations irlandaises. Mais cette fois-ci, c’était moi qui allais « habiller » pour l’école ma grande-petite fille de la tête aux pieds !

Le courrier nous demandait tout simplement d’aller à un magasin, un seul, à l’autre bout de la ville, spécialisé dans les uniformes scolaires. Sur la liste de vêtements à se fournir, il y avait seulement le pull avec le blason de l’école, et la tenue de sport, elle aussi aux couleurs de l’école (oui, parce que chaque école à ses couleurs, et son uniforme !). Je trouvais ça bizarre, un peu léger, mais bon, j’irais avec ma fille au magasin en question.

On y est allée toutes les deux, une dizaine de jours avant la rentrée. Dès l’instant où j’y ai mis les pieds, j’ai adoré ! Tout un univers s’ouvrait à moi, quelque chose de l’Irlande que je n’avais encore jamais expérimenté ! Et après toutes ces années à vivre en Irlande, puis à la fréquenter en pointillés lors de mes années en France, je découvrais encore une nouvelle facette de mon pays d’adoption ! Quelque chose de culturel, qu’on expérimente que lorsqu’on est parent vivant en Irlande, et qui me faisait me sentir encore davantage imprégnée de ce pays.

Le magasin avait organisé une file d’attente, et quand on y est entrée, on a eu de la chance : il y avait seulement deux personnes devant nous. Mais on a vu la file s’allonger tout le temps qu’on est restée dans le magasin (une heure !), et lorsqu’on en est sortie, les gens attendaient et faisaient la queue sur le trottoir !

L’uniforme en Irlande n’est pas obligatoire mais la plupart des écoles l’utilisent encore, des tous petits jusqu’aux lycéens. Seulement une fois passé à l’université, on se défait de l’uniforme. Alors dans cette file d’attente, il y avait des mamans avec poussettes et touts petits, comme des ados, seuls, qui avaient trop grandi pendant l’été et devaient se racheter telle ou telle pièce de l’uniforme.

On nous a pris en charge en nous demandant ce qu’on voulait. J’ai montré mon courrier. J’ai expliqué que c’était notre première rentrée dans cette école, qu’on arrivait de France. C’est la patronne alors qui m’a dit :

– Ok, bon, cette liste n’est pas complète. Il faut l’habiller de la tête aux pieds si elle n’a rien. Ca, c’est juste les vêtements avec le blason de l’école. Mais il lui faut aussi chemises, collants ou chaussettes, et jupe ou robe à mettre sous le pull.

Uniforme scolaire de sport Irlande
Sortie d’école avec l’uniforme de sport

Je ne sais pas pourquoi ça me surprenait à peine ! Je connais trop l’Irlande et les Irlandais, et leur côté « super cools » et décontractés se traduit aussi dans la vie de tous les jours par une organisation et une précision qui n’est pas leur fort ! Bon, et bien heureusement, nous étions entre de bonnes mains… Enfin presque. Trop occupée, la patronne nous a renvoyées à un jeune garçon sans doute là pour prêter main forte et se faire de l’argent de poche, et qui avait un peu de mal avec les tailles, mais aussi à trouver ce qu’il cherchait en réserve ! Elle lui avait cependant donné les informations complémentaires nécessaires : chemise bleu clair, collants gris. Elle connaissait sans doute les uniformes de chaque école qui se fournissait chez elle depuis des années ! Elle nous a dit de revenir vers elle pour la robe.

Bref, de cabines d’essayage en chemises passées au milieu du magasin, je m’étonnai quand le jeune homme me dit qu’un seul pull suffisait, que c’était ce que la plupart des gens faisaient. Confirmé par la patronne plus tard :

– Oui, tu vois, c’est un pull très épais et de très bonne qualité. A l’âge de ta fille, ils ne se salissent pas, et ils ont une tenue pour le sport au moins un jour par semaine, souvent deux.

Deux chemises à manches longues, deux polos, des paires de collants, et la patronne pour nous conseiller pour la « blouse », la robe à bretelle à mettre sous le pull et par-dessus la chemise :

– Il me semble qu’elle est grise pour votre école… Oui, c’est ça, elle est grise !

Une seule, là aussi.

– Et pour les chaussures ?

– Ha ! Nous ne faisons pas les chaussures, mais tous les magasins types Dunnes Stores, Penneys ou Marks & Spencers ont des rayons pour chaussures d’école, vous en trouverez facilement !

Voilà, en sortant de ce magasin, ma fille était habillée pour l’école, et pour un total, si je me souviens bien, d’environs 120 Euros, j’avais donc dans mon sac :

  • Un pull-over épais (et chaud!) avec le blason de l’école,
  • Un survêtement de sport aux couleurs de l’école (pantalon + pull en coton épais avec blason de l’école, de très bonne qualité),
  • Deux chemises à manches longues,
  • Deux polos manches courtes pour la tenue de sport,
  • Une “blouse”, robe à enfiler par dessus la chemise et sous le pull,
  • Un lot de cinq paires de collants et deux paires de chaussettes montantes.

Pour l’année (et même plus en réalité, car elle ne grandit pas au point de devoir racheter un uniforme complet à chaque rentrée !). Je trouvais ça super intéressant financièrement, et depuis, je vous avoue que j’adore : la garde-robe de ma fille a fondu et été divisée par 5 au moins comparé à ce qu’elle avait en France !

Le jour J, sa première rentrée irlandaise

Uniforme écolier Irlande

Elle faisait bonne figure. Et je pense qu’intérieurement, elle était vraiment contente tant elle aime aller à l’école. Elle était d’humeur joyeuse, comme a son habitude, et même sur le chemin de l’école, entourée de ses parents, elle était ravie. Il faisait beau, je m’en souviens, car nous attendions dehors, à l’extérieur du portail, sur la rue, avec tous les autres parents et enfants.

Une dame de l’école est sortie, nous a fait signe pour entrer directement, avant tous les autres.

– On fait rentrer les nouveaux d’abord.

Je me demandais comment elle savait que « nous » étions nouveaux alors qu’elle ne nous avait jamais vus. Nous n’étions pas nombreux, de nouveaux, sur l’ensemble de l’école. Peut-être 5 enfants.

Un petit mot sympa pour notre fille, la seule qui venait de France dans l’école.

– Par contre, ce n’est pas grave je vous rassure, mais pour l’uniforme, c’est une jupe bleu marine, pas grise. Une simple jupe, pas une “blouse”. Et les collants, bleu marine aussi, pas gris. Vous pouvez la laisser comme ça cette semaine, de toute manière demain et après-demain, c’est l’uniforme de sport, donc ce n’est pas grave. Ramenez la blouse au magasin, ils échangeront sans problème ! Et puis une cravate aussi, bleu marine. Penneys ou Dunnes en vendent.

Ah ! Et bien voilà comment on nous avait repérés en tant que nouveaux ! 😉

Nous avons accompagné notre fille jusqu’à sa classe, toujours avant que les autres élèves n’arrivent, et c’est là que je l’ai sentie se tendre. Et lorsque nous sommes arrivés devant la porte de sa classe, et que la maîtresse nous a accueillis, j’ai vu les larmes monter dans les yeux de ma fille, qu’elle contenait. La maîtresse nous a vite expédiés, nous ses parents, et le cœur serré, j’ai laissé ma fille pour cette nouvelle aventure qui serait la sienne.

C’est moi qui devais aller la chercher à la sortie de ce premier jour, à 14h40 précisément (heure de sortie habituelle, et pas exceptionnelle à ce jour de rentrée). Je m’attendais à la voir en larmes, me courir dans les bras pour un gros câlin de réconfort.

Il n’en fût rien. Elle vint effectivement se précipiter dans mes bras, son cartable sur le dos, les bras grands ouverts, en courant… Mais point de larme, à la place un énorme sourire accompagné d’un :

– Maman ! Je me suis déjà faite deux copines ! Jennifer et Megan !

Mon petit cœur de maman s’est rempli de la joie qu’elle me communiquait, soulagée que j’étais.

La maîtresse avait pris soin de l’asseoir près de son bureau, et de responsabiliser deux camarades de classe, Jennifer et Megan, pour s’occuper d’elle, l’aider si elle ne comprenait pas, et jouer avec elle pendant les pauses et s’assurer de la présenter aux autres. Une empathie et une bienveillance que je reconnaissais tellement irlandaise !

Rentrée scolaire Dublin Irlande

Voilà, c’était la première rentrée scolaire de ma fille en Irlande. Une belle expérience et de beaux souvenirs de premières fois que j’avais envie de partager ici, avec vous.

Avec cet article, j’ai aussi décidé de vous raconter, en plus du reste, un peu de notre quotidien, de vous dévoiler un peu de notre vie en Irlande. Parce que finalement, vous raconter l’Irlande, c’est aussi ça, un peu, il me semble.

Si ça vous plaît, dites-le-moi en commentaires. Je pourrai peut-être alors vous offrir davantage d’articles sur ce thème. 😊

Si cet article vous a plu, vous pouvez en faire profiter vos contacts et partager :)
  • 85
  •  
  •  
    85
    Partages
  •  
    85
    Partages
  • 85
  •  
Posted in Notre vie en Irlande

6 Comments

  1. Skyrgámur

    Merci de nous faire partager cette rentrée et avant-rentrée. La dame du magasin de vêtements n’était pas si compétente que ça !!!
    L’uniforme est seyant, même si ce n’est pas la bonne couleur.
    Je suis pour le port de l’uniforme, ceux qui ont de l’argent ne peuvent se moquer des autres moins fortunés qui n’ont pas la marque à la mode.
    Lorsque mon fils est entré au CP, il avait “son grand” qui s’occupait de lui durant le 1er trimestre (un enfant de CE2)
    Si ta fille aime l’école, elle fera une bonne année, même si elle n’est anglophone qu’à 80%. Elle va bientôt t’apprendre plein de choses.

  2. Boffet

    Lorsque on revient en France, on est frappé par l’uniformité et le manque de couleurs dans nos rues : les gens sont tous habillés à peu près pareil ! En Thaïlande, les écoliers portent l’uniforme de leur école et il y a un jour dans la semaine où ils doivent porter une tenue traditionnelle. Eh bien, c’est plutôt agréable de voir toutes ces couleurs dans la rue ! Ainsi, moi aussi, je ne suis pas choqué si on invite les enfants à porter l’uniforme de leurs écoles plutôt que les voir dans leurs ridicules jeans troués !

  3. Catherine

    Merci pour ce partage de rentrée scolaire irlandaise bien sympathique. C’est la vie quotidienne qui nous fait vraiment découvrir un pays. J’adore!
    Une belle année scolaire pour votre fille
    Catherine

Laisser un commentaire