Menu Fermer

Grace O’Malley, femme pirate irlandaise et audacieuse

Femme Pirate Grace O'Malley

Grace O’Malley est un personnage du folklore irlandais qui a réellement existé, une femme pirate que les enfants adorent !

Née Gráinne Ní Mháille, elle est aussi connue sous de nombreux noms, les plus connus étant « The Pirate Queen » (« La Reine Pirate ») ou « Granuaile » qui est l’anglicisme de Gráinne Mhaol qu’on peut traduire par « Grace La Chauve » (je vous explique pourquoi plus bas 😉 ).

Dans cet article, j’ai fait le choix de l’appeler Grace O’Malley ou Granuaile, plutôt que par son nom irlandais de naissance afin de fluidifier et simplifier la lecture. J’espère que ça vous conviendra ! 😉

Femme pirate de l’Ouest de l’Irlande, toute aussi respectée que redoutée, elle a vécu au XVIème siècle et à l’inverse de la majorité des contes et légendes irlandais, sa vie a été largement documentée par ses contemporains puisqu’on retrouve nombre des étapes de sa vie dans les documents officiels, notamment des autorités anglaises qui régnaient à l’époque sur l’Irlande. Bien sûr, comme dans tout folklore irlandais, la vie de celle qu’on appelait aussi « La Reine Pirate » a été très largement romancée et il n’est pas difficile d’imaginer ses exploits largement narrés à l’oral, et sans doute transformés, déformés, amplifiés au fil des ans… Pour notre plus grand plaisir, avouons-le, tant nous sommes friands de ces destins exceptionnels ! 😉 Parce que oui, la vie de Grace O’Malley est tout sauf celle d’une femme irlandaise lambda du XVIème siècle ! 😉

Dans cet article, j’ai essayé de résumer son incroyable vie, ses exploits notables et faits marquants de sa vie, ainsi que l’héritage qu’elle a laissé dans la culture irlandaise d’aujourd’hui. Comme dans toutes les vies romanesques de personnages folkloriques, il existe de nombreuses variantes de ses aventures et les dates divergent aussi parfois. Cet article n’a donc pas pour but de relater les faits exacts car il me serait impossible de le faire (je ne suis pas historienne 😉 ). Je souhaite en fait vous donner un aperçu de qui fût Grace O’Malley, ou simplement de vous faire découvrir cette femme qui a une place à part entière dans l’héritage culturel irlandais d’aujourd’hui.

Je conseille de lire cet article en intégrale pour son côté chronologique. Mais si vous préférez, vous pouvez aussi vous rendre directement à la section qui vous intéresse en cliquant sur les titres de rubriques ci-dessous :

Replongeons-nous d’abord un instant dans le contexte historique de l’Irlande de l’époque…

Suivez-moi, je vous emmène dans le sillage de la vie de cette incroyable femme pirate irlandaise !

Contexte historique

Nous sommes au début du XVIème siècle. Depuis deux siècles, bien que sous autorité anglaise, les chefs de clans irlandais jouissent d’une relative autonomie, en dehors du Grand Dublin où la langue anglaise, imposée et établie au fil des ans, ainsi que les institutions anglaises, sont protégées par des remparts. Dans l’ouest de l’Irlande cependant, de puissantes familles à la tête de clans se bataillent et règnent en totale autonomie. Là-bas, la culture, les coutumes, les lois et la langue gaéliques sont la seule réalité pour les peuples de ces contrées.

En 1531, suite à une révolution manquée, Henri VIII, roi d’Angleterre, devient aussi roi d’Irlande afin d’y restituer l’ordre. C’est à partir de là que l’Angleterre tentera par tous les moyens de briser le système de clans établi en Irlande depuis les Gaels, et de transformer profondément la société irlandaise pour centraliser le pouvoir dans les mains d’un gouvernement unique. Les décennies qui suivirent furent joncher de conflits et réprimandes sanglantes qui mirent l’Irlande à feu et à sang.

C’est à cette époque que naît Grace O’Malley, dans une Irlande tourmentée, jalonnée de rebellions, vengeances, conflits et réprimandes.

Jeunesse

Grace O’Malley naît en 1530 dans le comté de Mayo non loin du fameux Croagh Patrick, dans la baie de Clew Bay. Elle est la fille d’Owen Dubhdara, un puissant chef de clan qui a fait fortune en « commerçant » (et piratant les bateaux croisés sans doute aussi, quelques fois 😉 ) sur les mers jusqu’à l’Espagne, et qui avait fait construire des forts sur toute la côte ouest de Mayo pour protéger son territoire. Cela lui permettait aussi de contrôler les eaux et de taxer ceux qui venaient y pêcher. Fille unique (son père avait un fils d’une autre union), c’est dans l’un de ses forts que Grace O’Malley grandit.

Dès son plus jeune âge, et à l’encontre des coutumes de l’époque, elle passe son temps sur les bateaux avec son père. C’est ainsi que jeune adolescente, déterminée à être considérée dans un univers d’hommes, elle se coupe les cheveux et gagne son premier surnom de « Grace La Chauve » qui devint Granuaile.

Elle épouse à l’âge de 16 ans le chef d’un grand clan du Connemara, Donal O’Flaherty, étendant ainsi le pouvoir des deux familles unies sur toute la côte ouest de la provence de Connaught.

De la jeune adulte à La Reine Pirate

Granuaile et Donal O’Flaherty, communément appelé « Donal Le Belliqueux » (avec ce surnom, je n’ai pas besoin de vous en dire plus à son sujet ! 😊 ), vivent dans le comté de Galway, dans le sud-ouest du Connemara. Ils règnent sur terres et eaux d’une grande partie du nord-ouest irlandais pendant quelques années, jusqu’à la mort de l’époux lors d’une bataille.

A cette époque, Granuaile a déjà acquis respect et considération, mais pas suffisamment pour que le clan des O’Flaherty la considère comme leur nouvelle cheffe.

Elle retourne alors dans le comté de Mayo, où elle s’établit dans l’un des forts de son père, sur Clare Island. Elle y devient leader d’une troupe de deux cent hommes.

A partir de ce moment-là, elle se tourne exclusivement vers la piraterie et devient la plus audacieuse et redoutée de tous les pirates ! Sa réputation s’étend au-delà de toute l’Irlande. On dit d’ailleurs que ses coffres débordaient de trésors volés sur les eaux !

En 1566, elle se marie à nouveau, pour raison politique, avec Richard Bourke dit « Iron Richard » (sans doute pas un enfant de cœur lui non plus ! 😉 ) qui lui, règne sur les terres de Mayo.

Rockfleet castle, comté de Mayo en Irlande

Par ce mariage, Grace O’Malley prend le contrôle de Rockfleet Castle près de Newport, tour fortifiée toujours debout à ce jour et qui lui reste encore aujourd’hui très fortement liée (c’est aussi là qu’elle est morte). Elle assied ainsi son contrôle sur toute la baie de Clew Bay, du Nord au sud.

Elle se sépare de Richard Bourke un an après leur mariage d’une manière aussi claire que peu conventionnelle. Elle lui aurait crié par la fenêtre de Rockfleet Castle :

– Richard Bourke, je te congédie !

Après leur séparation, elle garde le contrôle de Rockfleet Castle et reste alliée de Richard Bourke.

Une femme de caractère cette Granuaile, vous l’avez compris ! 😊

Arrestation et rencontre avec la reine d’Angleterre

Précédée par sa réputation et meneuse de rebellions pour l’indépendance face à l’occupation anglaise, Grace O’Malley dérange désormais le pouvoir anglais. Parmi ses arrestations, la plus notable est celle initiée par Sir Bingham, alors gouverneur anglais de Connaught, qui lui fait passer deux ans dans les geôles du château de Dublin. On dit qu’elle fût relâchée sous promesse d’abonner la piraterie, ce qu’elle ne fit pas, bien entendu ! 😊

C’est ce même Sir Bingham qui emprisonne les deux fils de Grace O’Malley et qui est à l’origine de l’une de ses aventures la plus connue et racontée encore à ce jour.

Furieuse de voir ses fils emprisonnés, Grace O’Malley, âgée de 63 ans, écrit à Elizabeth I alors reine d’Angleterre et se présente avec l’une de ses galères irlandaises à l’embouchure de la Tamise et la remonte jusqu’à Buckingham Palace.

Alors qu’elle attend d’être présentée à Elizabeth I, et peut-être en train de rêver à ses conquêtes à venir, un serviteur de la reine vient la chercher et doit répéter deux fois son invitation à Granuaile à le suivre. La Reine pirate est offusquée devant l’insistance, qu’elle prend comme un manque de respect :

– Ne te moque pas de moi, perroquet ! Ce n’est pas parce que je ne porte pas de beaux habits que je ne suis pas une personne d’importance. De là où je viens, je suis aussi respectée que ta reine !

On dit aussi que Granuaile refuse de se courber pour saluer Elizabeth I car elle ne la reconnait pas comme Reine d’Irlande, mais que cette dernière lui apporte tout le respect et la considération qu’elle mérite, ayant sans doute compris qu’elle a face à elle, une autre reine. Granuaile repart ainsi avec ses requêtes exaucées, dont celles de la libération de ses fils, mais aussi du retrait d’Irlande du gouverneur Sir Bingham. En échange, Granuaile s’engage à arrêter de supporter la rébellion des chefs de clans irlandais.

Pour l’anecdote, Granuaile ne parle pas anglais mais gaélique, et c’est l’inverse pour Elizabeth I, c’est donc en latin que les deux femmes communiquent ! 😊

Malheureusement, les engagements des deux parties n’ayant pas été totalement respectés, les conflits reprennent après quelques années.

Vous aimez les contes et légendes irlandais ? Ecoutez le podcast de la légende de la Chaussée des Géants !

Une femme pirate légendaire

On associe de nombreuses aventures à Grace O’Malley. En voici un aperçu :

Le naufragé de Wexford :

Alors encore jeune fille, par une nuit de tempête, Granuaile fût alertée du naufrage d’un navire dans les environs. Bravant la tempête dans des eaux déchainées, elle secourut de la noyade un jeune marin de Wexford du nom de Hugh de Lacy. Ils eurent une brève romance mais celui-ci fût tué par un clan ennemi ce qui provoqua la colère de Granuaile, qui se vengea des assassins de son amant sur l’ile de Cahir.

Attachée à Clare Island au sens propre comme au figuré :

Grace O’Malley aimait profondément Clare Island, dans le comté de Mayo, où elle résidait. On dit d’ailleurs qu’elle y attachait les cordes d’amarrage de son bateau à son lit par la fenêtre de sa chambre, pour pouvoir monter à bord instantanément si besoin !

Le couvert pour les invités au château d’Howth :

Grace O’Malley ne se contentait pas des eaux de l’ouest irlandais. Elle naviguait autour de toutes les iles britanniques ainsi que sur la côte Atlantique du continent, jusqu’à l’Espagne et c’est sans doute pour ça qu’elle a une renommée au-delà des frontières irlandaises pour qui s’intéresse un peu aux pirates célèbres (et peut-être aussi parce que c’est une femme pirate, détail assez exceptionnel 😉 ).

Même si elle passait le plus clair de son temps en mer, il lui arrivait de faire escale pour se reposer et demander le couvert.

Grace O'Malley drive

Un soir, alors qu’elle naviguait près de la baie de Dublin, elle s’arrêta dans le petit port de pêche de Howth pour y refaire des provisions pour l’équipage et se dirigea vers le château pour s’annoncer. Le seigneur du château lui refusa l’entrée prétextant qu’il était en train de diner.

Furieuse de ce refus désobligeant et qui ne correspondait pas à la coutume d’hospitalité qui prévalait dans l’ouest irlandais,

Granuaile kidnappa alors le petit fils du seigneur en acceptant de le relâcher seulement si le seigneur promettait de toujours garder un couvert supplémentaire à sa table pour un visiteur.

Il paraît que la traditon perdure toujours au château d’Howth à ce jour !… 😉

Naissance de son fils Tibbot en mer :

Tibbot, fils de son union avec son deuxième mari Richard Bourke, est né sur l’un des navires de Granuaile. Une heure après avoir accouché, le bateau se fait attaquer par des pirates algériens. Granuaile sort alors de sa cabine et se rue au combat. Les ennemis sont vaincus !

Une longue vie :

Si Grace O’Malley a tant marqué les esprits, c’est, je pense, en partie dû à sa longévité. En effet, elle est morte en 1603, à l’âge de 73 ans ! Un autre exploit à l’époque ! Et une vie bien remplie ! 😉

Le titre officiel de Chef des combattants :

20 ans après sa mort, sa notoriété toujours présente au sein des gens d’Irlande, Grace O’Malley a été officiellement reconnue par le gouverneur britannique d’Irlande qui lui a attribué le titre de « chef des combattants » pour son combat pour l’égalité. Elle reste aujourd’hui une figure héroïque (et féministe) de l’Irlande.

Place dans le folklore et l’imaginaire irlandais d’aujourd’hui

Vous l’avez compris, Grace O’Malley aka Granuaile a eu une vie trépidante digne des héroïnes sorties de l’imagination des plus grands romanciers… Sauf qu’elle a bel et bien existé !

Il est donc facile de comprendre que son histoire a inspiré et inspire encore bon nombre d’artistes irlandais, mais pas que. 😊

En effet, on parle aujourd’hui encore largement de Granuaile, la Reine Pirate, aux enfants, ici en Irlande, son histoire étant encore transmise dans les écoles. Ma fille est d’ailleurs revenue un jour de l’école en me parlant de cette femme pirate car il en avait été question en classe. 😉 On a aussi offert un jour à ma fille, un livre pour enfant intitulé « Granuaile the Pirate Queen », et sa vie est racontée dans bien des ouvrages à destination des petits Irlandais.

Beaucoup d’Irlandais reconnaissent aussi en elle le caractère bien trempé des mères irlandaises d’autrefois qui, avec leurs familles nombreuses, devaient savoir se faire respecter d’hommes et enfants. 😉

– Une statue de Grace O’Malley se trouve à Westport, dans le comté de Mayo.

– Elle a inspiré le personnage de Grace O’Mallice dans le livre Finnegans Wake du célèbre écrivain irlandais James Joyce.

– Une comédie musicale titrée The Pirate Queen et inspirée de la vie de Granuaile a été jouée à Broadway en 2007. Pour l’anecdote, l’un des auteurs, Alain Boublil, est Français et c’est aussi lui qui est derrière la comédie musicale Les Misérables. 😉

J’attends maintenant une superproduction sur grand écran pour faire honneur à cette extraordinaire femme pirate irlandaise ! 😉

N’hésitez pas à partager l’article si ça vous a plu. 😉

Si cet article vous a plu, vous pouvez en faire profiter vos contacts et partager :)
  • 234
  •  
  •  
    234
    Partages
  •  
    234
    Partages
  • 234
  •  
Posted in Contes et légendes, Histoire

2 Comments

Laisser un commentaire