Menu Fermer

Sillonner les routes en Irlande

Route de Conor pass Dingle Irlande

Elles sont charmantes pour beaucoup, mais peuvent aussi se transformer en vrai cauchemar, surtout pour une première expérience de conduite en Irlande, ou à gauche. Les routes en Irlande font parties des cartes postales, ces si jolies petites routes de campagnes irlandaises bordées de murets ou traversées par les moutons à tête noire ! Mais elles peuvent aussi s’avérer source de stress, entre cascades qui y ruissèlent parfois, nids de poules souvent, et le peu de visibilité qu’elles offrent. Mais il y a aussi des voies rapides, ou autoroutes, en Irlande. 😉

Dans cet article, je commence par quelques informations pratiques à propos des routes d’Irlande, et puis ensuite, je me laisserai aller à ce que les routes en Irlande m’inspirent, et vous embarquerai avec moi sur ces routes irlandaises qui ne laissent personne indifférent ! 😉

Route irlandaise

Différences entre les routes de la République d’Irlande et les routes d’Irlande du Nord.

Une île, deux pays. Des routes et des pratiques différentes donc selon qu’on circule en République d’Irlande ou en Irlande du Nord (on roule bien à gauche partout cependant 😉 ).

S’il n’y pas de frontière physique entre les deux Irlandes, c’est souvent par leurs routes qu’on se rend compte qu’on est passé d’un côté ou de l’autre de la frontière invisible.

Route en Irlande du Nord

Leurs conditions tout d’abord. Les routes d’Irlande du Nord sont souvent en meilleur état que leurs sœurs de République d’Irlande. L’Irlande du Nord faisant partie du Royaume-Uni, elle dispose donc des moyens conséquents de ce grand pays mis dans les infrastructures et le réseau routier. Ce qui n’est pas le cas de la République d’Irlande : petit pays, petits moyens.

Les unités de mesure ensuite. Les distances tout comme la vitesse ne sont pas exprimées dans les mêmes mesures, selon que vous circulez en République d’Irlande ou en Irlande du Nord. Kilomètres au sud, miles au nord. Et les unités de mesure ne sont en général pas précisées sur les panneaux.

Par exemple, si vous roulez sur l’autoroute M1 entre Dublin et Belfast, cela pourra vous troubler si d’un coup vous voyez Belfast indiqué à 85 (km) et que deux kilomètres plus loin, après avoir passé la frontière sans le savoir, vous voyez cette même destination désormais affichée sur les panneaux à 50 (miles) ! 😊 Attention donc aux confusions ! 😉

Les limitations de vitesse ne sont pas les mêmes non plus. Par exemple, les autoroutes de République d’Irlande sont limitées à 120km/h, alors qu’en Irlande du Nord, elles sont limitées à 110km/h (70 mph sur les panneaux).

Autoroutes, voies rapides ou « motorways » en Irlande

Les autoroutes d’Irlande du Nord sont gratuites, ce qui n’est pas le cas des autoroutes de la République d’Irlande.

Pas de panique ! Vous ne devriez pas vous ruiner si vous prévoyez un séjour en Irlande ! Prix fixe selon le type de véhicule, 1,90 Euro par péage pour une voiture par exemple.

Autoroute en Irlande

Ces voies rapides en République d’Irlande sont relativement récentes, de nouveaux axes routiers qui fleurissent depuis le milieu des années 90 jusqu’à aujourd’hui, en partie grâce au financement de l’Union Européenne. Ce sont de nouvelles constructions qui visent à encourager les conducteurs à les emprunter, au détriment des routes secondaires qui sont donc par conséquent moins entretenues.

Certaines portions de nationales sont en deux fois deux voies également (gratuites). En République, elles seront limitées à 100 km/h.

Routes nationales et secondaires

Conor Pass Dingle Kerry

Les routes nationales sont souvent équipées de « shoulders », une sorte de voie de gauche supplémentaire pour véhicules lents, bien pratique pour les nombreux tracteurs qui les empruntent par endroits.

Mais certaines nationales, limitées à 100km/h sont tout bonnement des routes cabossées, à virage, bordées de haies qui les rendent encore plus étroites qu’elles ne le sont parfois. Si elles sont cabossées, c’est par la nature du sol irlandais, spongieux, mouvant. Les routes d’Irlande prennent donc bien souvent, avec le temps, la forme du sol qu’elles épousent.

Qu’elles soient nationales, régionales ou autres, les routes d’Irlande ne sont par contre pas adaptées pour les vélos, plutôt dangereuses pour les cyclistes. Et puis, même si en virages, cabossées, étroites et sans visibilité, les Irlandais peuvent rouler vite sur ces routes de campagne qui leur sont familières.

Slea drive péninsule dingle irlande

Dernière chose, ces routes d’Irlande accueillent tous les ans quelques rallyes internationaux (Donegal, Galway et Cork étant les comtés de prédilection). Pas besoin d’en dire plus sur la nature de ces routes de rallyes donc… 😉

Ces routes d’Irlande qui mènent si bien

Route rurale en Irlande

C’est une expression que j’aime utiliser, « les routes d’Irlande qui mènent (si) bien ». Parce que même si on ne sait pas toujours où elles mènent, et qu’on peut facilement s’y perdre, peu importe : les suivre, c’est être certain d’être transporté pour un beau voyage à travers l’Irlande ! Et si vous vous laissez aller, elles mènent aussi, souvent, vers de belles rencontres. Exit le GPS, suivons les panneaux déboulonnés par le vent qui pointent dans tous les sens (sauf le bon, diront les mauvaises langues) !

Je mentionne les routes d’Irlande dans bien des articles du blog, comme dans celui sur Ballybunion dans le comté du Kerry par exemple, ou celui de ma rencontre avec un fabricant de bodhrán dans le comté de Clare.

Je parcours ces routes irlandaises depuis près de 20 ans, toute l’année. Pour autant, vivant à Dublin, je ne peux pas dire que je sois très familière avec l’une d’entre elles en particulier (faute d’usage quotidien), si ce n’est deux ou trois grands axes majeurs de l’île que j’emprunte régulièrement pour ensuite bifurquer et aller me perdre dans la campagne ou les montagnes. Et comme j’aime varier les plaisirs et gambader à droite, à gauche, au Nord, au Sud de l’île en permanence, il y a des routes d’Irlande que je n’emprunte qu’une fois par an… Ou par décennie. Et il y en d’autres, nombreuses, que je découvre encore aujourd’hui, pour mon plus grand plaisir ! Avec environs 125 000 kilomètres de routes sur toute l’île (près de 100 000 en République et 25 000 en Irlande du Nord), j’ai de quoi faire ! 😉

Route de montagne en Irlande

L’île d’Irlande a beau être une petite île comparée à certains pays européens, elle a de nombreuses routes qui vous mènent parfois nulle part, mais surtout, sur lesquelles on ne peut faire autrement que prendre son temps. Parce que les paysages que ces routes irlandaises traversent vous subjuguent de leur beauté en 360 degrés, parce qu’un tracteur ou un camion arrive en face et qu’il faut vous garer dans la haie pour le laisser passer, ou faire marche arrière jusqu’à ce qu’un bord de pré précédent fasse fonction de place d’évitement. Je le dis souvent : l’Irlande est l’une de ces contrées où l’on parle de distances en temps de trajet, pas en kilomètres. Et nombreux sont les visiteurs qui se font tromper lors de leur première visite en Irlande, ayant naturellement préparé leur voyage en se basant sur les distances d’une carte. 😉

Quand je dis qu’il y a des routes qui mènent nulle-part en Irlande, c’est aussi à prendre au sens propre. En effet, au cours de la Grande Famine en Irlande, au XIXème siècle, on forçait les Irlandais à construire des routes, sans intention particulière (ni destination !) en échange d’une maigre portion de soupe. On peut rouler sur ces « famine roads » aujourd’hui encore, surtout dans le sud-ouest de l’Irlande, la plus connue étant la touristique route d’Healy Pass sur la péninsule de Beara au sud-ouest de l’île. Celle-ci mène quelque part (et joliment !), mais d’autres de ces routes s’arrêtent tout bonnement au milieu de nulle part ! Vous êtes prévenu ! 😉

Route côtière Irlande

Sinon, que ce soit les magnifiques routes côtières sauvages (plus de 6 000 kilomètres de côtes en Irlande… Vive les îles !), les routes de montagnes où vous vous demandez si vous allez atteindre le sommet, ou les minuscules routes clôturées de murets, l’émotion sera au rendez-vous ! Celle de ne pas rayer la voiture sur son aile gauche (mission quasi impossible, les loueurs de voiture ici ne vous en tiendront pas compte d’ailleurs), de ne pas arracher le rétroviseur droit en croisant, d’enchaîner les courbes en évitant les cratères, d’éviter l’aquaplaning au détour d’un virage alors qu’il fait beau, de piler pour un mouton flippé qui se jette sur la voie, mais surtout, celle d’être sans cesse émerveillé par les paysages que vous traversez ! Ils défilent et vous tiendront la mâchoire inférieure grande ouverte, les yeux écarquillés, et si vous êtes comme moi (aujourd’hui encore), vous voudrez vous arrêter tous les 100 mètres, chose souvent impossible sur ces routes non prévues pour les badauds.

Route de campagne en Irlande

Voilà, vous l’avez compris : rouler à gauche est une chose, rouler à gauche sur les routes d’Irlande en est une autre !

Mais si vous êtes assez brave pour y prendre le volant, elles vous laisseront de merveilleux souvenirs !

Et si vous avez lu cet article jusqu’ici, que vous comptez prendre la route en Irlande, je vous souhaite à vous aussi, d’être bien mené par les routes irlandaises. 😊

Vos récits, frayeurs, et partages d’expériences sur les routes irlandaises sont les bienvenus en commentaires ci-dessous ! 😉

Bien plus de photos des routes et des paysages d’Irlande sur Instagram @racontemoilirlande. Et pensez à suivre la page Facebook du blog également : j’y partage bien plus que les nouvelles publications hebodmadaires ! 😉

Posted in Idées Voyage et week-ends en Irlande, récits, La vie en Irlande

11 Comments

  1. Yveline Plancque

    Aussi m’arrêter et bloquer une petite route juste pour prendre des photos et qd une voiture arrive derrière moi un gentil monsieur descend pour me donner le nom des paysages photographiés ! Et un souvenir qui n’a rien à voir mais qui m’a marqué aussi, je redescend Croah Patrick en pleurant et un vieux monsieur m’a pris dans ses bras pour me réconforter et m’a dit des paroles que je n’oublierai jamais … Les irlandais sont mes anges et ma famille .

  2. Deschamps Alain

    a lire l’article , j’ai refait mentalement mes voyages en voiture sur le sol Irlandais , un conseil prenez en location un petit modèle même moins confortable mais petit en gabarit cà passe mieux pour croiser les bus dans le Kerry par exemple !!!!!! enjoy !!!!

  3. Coralie Arrufat

    Que de souvenirs ! Le stress de la conduite à gauche ( en tant que co pilote j’ai du prononcer le mot  » gauche » je ne sais combien de fois ! Tu tournes à droite tout en restant à gauche ….!), les moutons, les paysages ( GPS sur,les genoux, appareil à la main : on ne peut pas s’arrêter tout le temps et pourtant !) Restent gravés ! Certes les trajets sont allongés en Irlande ! Pour nous, il a suffi de mettre le réveil plus tôt ! A 7h dans la voiture et go sur les charmantes routes irlandaises !

  4. Helene

    Les routes irlandaises…j’en garde un souvenir mémorable😃.
    Pour mon premier voyage sur l’île, j’avais pris et ma voiture, et mon vélo. Je ne me suis pas trop servi de ce dernier car, comme tu l’as écrit, c’est plutôt dangereux de circuler à 2 roues!
    Pour la voiture, je n’avais pas de GPS, pas internet, une simple carte Michelin, et en effet, j’ai été transporté pour un beau voyage dont je garde de très bons souvenirs😃 et quelques montées d’adrénaline😉!
    Une anecdote (qui a bien fait rire mon entourage d’ailleurs!) : j’avais planifié de faire dans un week-end, la pointe de la péninsule de Dingle le samedi, le soir, m’arrêter à l’entrée du ring of Kerry pour la
    nuit et rejoindre le dimanche Portmagree. Mais je me suis référée aux distances kilométriques! Concrètement, j’ai bien fait la pointe de Dingle, longé la côte pour rejoindre le ring. Mais je me suis tellement arrêté parce que “waouh” devant ce que je voyais, que la nuit est tombée, pas de lumière sur les petites routes. Et je n’ai jamais trouvé mon logement!! Par fatigue, de l’énervement aussi, j’ai décidé de rejoindre Portmagree. Mais à un moment, la route s’élevait. Et si ça monte, ça redescend! J’ai vu comme un parking au sommet, je me suis arrêtée et dormi dans ma voiture! J’ai été réveillé par le lever du jour et la vue que j’ai eu sur l’île de Valentia…les premiers rayons du soleil chassaient les brumes matinales, dévoilant peu à peu l’île. C’était superbe😃. Avant de reprendre la route, j’ai décidé de me dégourdir les jambes, et je me suis retrouvée aux falaises du Kerry! Une découverte😃. Puis une randonnée sur l’île de Valentia, et j’ai repris la route pour Galway en m’arrêtant 2-3 fois à nouveau😉.
    Ps : je n’avais pas entendu parler de ces « famine roads ». Par contre, j’ai constaté qu’il y avait beaucoup de maisons abandonnées (et d’églises en ruines) sur la côte ouest, alors que je n’en ai pas vue sur celle de l’Est.

Laisser un commentaire